Espace parents :

Protéger les adolescents des sectes

Mise à jour : mardi 27 juin 2006

Une personnalité entendue par la commission 1995 de l'assemblée nationale a proposé cette définition d'une secte  :

" Groupes visant par des manoeuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l'esprit critique, une rupture avec les références communément admises (éthiques, scientifiques, civiques, éducatives), et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l'éducation, les institutions démocratiques. Ces groupes utilisent des masques philosophiques, religieux ou thérapeutiques pour dissimuler des objectifs de pouvoir, d'emprise et d'exploitation des adeptes. "


Mode de fonctionnement des sectes :

  • Une adhésion inconditionnelle

  • Le rejet du monde extérieur

  • L'exigence d'une disponibilité toujours plus importante, de contributions financières excessives

  • Un prosélytisme abusif

  • L'endoctrinement des enfants

  • Une structure organisée sur un mode autoritaire, opaque et cloisonné

  • Un contrôle mutuel des membres

  • Des difficultés pour quitter le groupe

Modes d'approche pour recruter de nouveaux adeptes :

  • Les mouvements à caractère sectaire favorisent la déstabilisation de la personne et exploitent sa faiblesse

  • Sous une identité rassurante, ils agissent dans différents secteurs, notamment la formation professionnelle, la sphère médicale et paramédicale par l'offre de traitements substitutifs, le domaine scolaire (conseils aux surdoués, aux hyperactifs ; enseignements à distance, en milieu carcéral,…) d'après le rapport de l'assemblée nationale, "de nombreuses écoles privées sont liées à des sectes, et proposent par des publicités affichées sur les murs des grandes villes un enseignement de soutien ou de rattrapage."

  • Ils interviennent volontiers lors de catastrophes naturelles

  • Pour mieux séduire, ils affirment défendre l'éthique et les droits de l'homme.

Les instruments de propagande utilisés par les sectes :

  • démarchage dans la rue ou à domicile,

  • diffusion de journaux,

  • publicité par voie d'affichage ou de presse,

  • conférences,

  • cycles de formation.

Voici la liste des dangers des sectes recensés par la commission de l'assemblée nationale :
a) Les dangers pour l'individu

  1. La déstabilisation mentale = le fait, par la persuasion, la manipulation ou tout autre moyen matériel, de déstabiliser quelqu'un pour le soumettre à son emprise.
    Certains procédés sont brutaux et peuvent conduire les adeptes à un état d'asthénie pathologique avancé, ou avoir de graves conséquences sur le psychisme, telles que dépression, envoûtement, attitude schizophrénique ou profond état de dépendance.

  2. Certaines sectes ont des exigences financières exorbitantes. Ce serait le cas de 76 sectes.

  3. La rupture de l'adepte avec l'environnement d'origine est fréquemment constatée. Elle est évidente lorsqu'il s'agit de sectes pratiquant la vie en communauté, mais celles-ci ne sont pas les plus nombreuses. Elle est plus insidieuse mais tout aussi réelle dans le cadre de sectes dont les adeptes continuent, en apparence, de mener une vie familiale et sociale normale, mais dont l'engagement les conduit progressivement à cesser toute relation véritable avec le monde extérieur au mouvement dont ils sont membres. Ce serait le cas de 57 mouvements.

  4. Les pratiques de certaines sectes portent atteinte à l'intégrité physique des adeptes. 82 sectes feraient courir un tel danger à leurs membres.
    Il peut s'agir de mauvais traitements, coups et blessures, séquestrations, non assistance à personne en danger ou exercice illégal de la médecine, mais aussi d'agressions sexuelles.

  5. L'embrigadement des enfants serait le fait de 28 mouvements.

b) Les dangers pour la collectivité

  1. Certaines sectes ont un discours clairement antisocial : les mouvements qui préconisent des pratiques contraires aux lois et à la morale commune doivent bien les justifier ; ils expliquent donc souvent à leurs adeptes que ces lois et cette morale sont mauvaises et que seuls les principes de la secte méritent d'être suivis. 46 organisations auraient un discours antisocial.

  2. Plusieurs organisations provoquent des troubles à l'ordre public. Ce serait le cas de 26 sectes.

  3. Certaines sectes peuvent avoir recours au travail clandestin ou à diverses formes de fraude ou d'escroquerie.

  4. Certaines sectes tentent d'infiltrer les pouvoir publics.

 

Voici ce qu'on peut lire dans le rapport 2005 de la mission interministérielle contre les dérives sectaires.

  • Le « contrôle » des cours par correspondance est impossible. C’est un marché ouvert et juteux dans lequel s’engouffrent les parents d’élèves, inquiets du sort    de leurs enfants. L’impossibilité du contrôle fait qu’il n’y a aucune garantie en dehors du CNED, ni aucun agrément.

  • Soutien scolaire et organismes para-scolaires : c'est dans un marché libre et concurrentiel. Les seuls contrôles qui puissent être exercés sont ceux d’« hygiène et sécurité ». Les organismes qui le souhaitent peuvent obtenir un agrément de l’Éducation nationale. Il règne à ce jour une grande opacité dans laquelle se sont engouffrés des groupes sectaires comme la scientologie, qui distribue dans les banlieues des tracts pour des cours de soutien. On constate aussi la floraison de conférences philosophiques données par la Nouvelle Acropole, avec tractage aux alentours de lycées, et stands dans l’enceinte des universités.

  • Centres de loisirs et séjours de vacances pour mineurs en France et à l’étranger : Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a en charge le contrôle des séjours de vacances pour les mineurs. Mais il ne peut exercer ce contrôle pour les séjours à l’étranger. Seuls les organismes émanant de l’Education nationale ont - et peuvent avoir - un agrément garantissant leur fiabilité. Par ailleurs, seuls les lieux d’accueil avec hébergement de douze mineurs au plus et durant plus de cinq nuits sont soumis à déclaration. Enfin, dans le domaine des centres de loisirs, les organisateurs accueillant entre huit et trois cent mineurs pendant plus de quinze jours au cours d’une même année sont obligés de se déclarer auprès des services de la jeunesse et des sports et de fournir un projet éducatif. C’est pourquoi l’on constate des dérives sectaires dans les courts séjours.

  • Internet : des groupes se référant au satanisme notamment utilisent le web...

Rapport de l'assemblée nationale (1995)
MISSION INTERMINISTÉRIELLE DE VIGILANCE ET DE LUTTE CONTRE LES DÉRIVES SECTAIRES
Gothique ou sataniste ? danger ?