Les déchets

Sites sur le tri et le recyclage

les déchets

Tri tes déchets

trior.fr

Sur les ordures

ac-montpellier/1

ac-montpellier/2

ac-montpellier/3

ac-montpellier/4

Sur le compostage

D'après un communiqué de presse (de Véolia-Environnement, groupe industriel producteur de composts, de son centre de recherche le CREED, en partenariat avec l’INRA) datant de juin 2004, nous produisons en France, 47 millions de tonnes de déchets municipaux par an, dont une très grande part est organique et pourrait être recyclée sur les sols cultivés. Aujourd’hui seulement 7% des déchets ménagers (incluant les déchets verts et les ordures ménagères) sont compostés. Si le compostage de déchets verts est en plein essor, la production de composts des autres fractions organiques des déchets ménagers stagne. Or, les ordures ménagères contiennent 25% de matières fermentescibles, voire 50% si on inclut les papiers cartons. Le compostage est une alternative « au tout incinération ». Les composts sont majoritairement utilisés en agriculture, ils ont une valeur agronomique indéniable, mais leur emploi ne peut s’envisager sans garantir au préalable l’innocuité des produits. Leur qualité dépend de celle des déchets collectés et de la maîtrise du procédé de compostage.

Durant les dernières décennies, les pratiques de cultures intensives ont négligé les restitutions aux sols de matières organiques. En conséquence, leurs taux de matière organique a chuté, provoquant une baisse de la fertilité naturelle des champs + des phénomènes d’érosion (perte d’horizon arable en cas de fortes pluies). Aujourd’hui, ce déficit en matière organique pourrait permettre en France, la valorisation d’environ 10 millions de tonnes de compost.

L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et le CREED (Centre de Recherche pour l’Environnement l’Energie et le Déchet), conduisent, en partenariat, depuis 1998, une expérimentation de longue durée, unique en France, sur la ferme des BEURRERIES à FEUCHEROLLES (78), une exploitation agricole en partie dédiée à l’agriculture biologique. Cet essai, qui inclut une dizaine de traitements en plusieurs répétitions sur une parcelle de 6 ha, a pour objet d’étudier la valeur agronomique et l’innocuité de l’apport de composts urbains vis-à-vis des cultures (blé, maïs), des sols et des eaux. Les premiers résultats confirment la valeur agronomique des composts et l’absence d’effets négatifs.