Les espaces naturels sensibles

Un espace naturel sensible est un site non bâti possédant une valeur écologique et paysagère dont le caractère naturel est menacé et rendu vulnérable.

Dans le domaine de l'environnement, l'une des seules compétences reconnues aux Conseils généraux a trait aux espaces naturels sensibles.

Dès le début des années 1990, le conseil général du Val d'Oise s'est investi pour protéger des espaces naturels contre la pression urbaine, pour gérer et valoriser ces sites par une ouverture contrôlée au public. Il a désigné 23 espaces prioritaires devant bénéficier d'une intervention au titre d'espace naturel sensible.

Savez-vous par exemple que notre département abrite dans ses prairies, forêts, et milieux humides 31 espèces d'orchidées ?

Partez à la découverte des espaces naturels du Val d'Oise

Carte des espaces naturels sensibles du 95 

 

La carrière de Vigny a été exploitée jusqu'en 2001. On en extrayait une belle pierre calcaire.

 

Le conseil général du Val d'Oise a racheté ce site en 2003. S'étendant sur près de 2 ha, cet espace naturel est exceptionnel par sa géologie, sa flore et sa faune.

 

C'est un patrimoine géologique unique en France, ce qui lui vaut une reconnaissance internationale :

  • sur le front de taille on peut, presque à livre ouvert, découvrir et reconstituer l'histoire de cette région au moment du passage de l'ère secondaire à l'ère tertiaire.

  • On observe à un endroit une anomalie géologique (la craie du Secondaire au-dessus du calcaire du Tertiaire).

  • On découvre un massif récifal constitué lorsqu'un mer chaude baignait notre région à l'aube de l'ère Tertiaire (c'est unique dans le bassin parisien).

C'est un patrimoine biologique également intéressant.

  • On y trouve trois espèces végétales rares : la campanule agglomérée, la bugrane naine et la fétuque de Léman.

  • Des hêtres remarquables poussent dans le bois des Roches voisin de la carrière.

  • Des insectes intéressants (orthoptères et coléoptères) vivent également sur ce site.

2004 marque le lancement de l'aménagement de la carrière par le Conseil général : sécuriser le site (certaines zones sont dangereuses), mettre en place un observatoire et un belvédère, restaurer la mare, mettre en place des circuits thématiques... Ce travail devrait durer 5 ans. Ensuite, l'ouverture au public restera limitée, ce seront des visites guidées, pour pouvoir mieux protéger le site.