Les migrations animales

migration : déplacements périodiques d'animaux entre les lieux de reproduction et des lieux de séjour offrant des conditions de vie plus favorables que le lieu d'origine (douceur du climat, humidité plus importante et, en règle générale, nourriture plus abondante).

Il existe de très grandes variations au niveau des distances parcourues (de quelques dizaines à plusieurs milliers de kilomètres) et de la périodicité des migrations (la plupart des animaux migrateurs se déplacent tous les ans, mais certains animaux comme les anguilles et certains saumons ne migrent qu'une fois dans leur vie).

La migration constitue l'une des réponses possibles à un changement d'environnement ou de climat. Ainsi, de nombreuses espèces vont passer les saisons froides dans des régions au climat plus clément. De même, les animaux des régions sujettes à la sécheresse partent à la recherche d'une certaine humidité. Les migrateurs suivent en général des routes bien précises, déterminées par les conditions locales telles que le relief, les fleuves, le vent et le climat. Les migrations sont effectuées le plus souvent en groupe, même dans les espèces où les individus sont habituellement solitaires en dehors des périodes de migration.

Aller sur un site montrant une carte des migrations animales

A une époque où les chasseurs de gros gibier pensaient encore faire une importante contribution au savoir en tuant des antilopes pour déterminer la taille maximale des cornes d’une espèce, ou discutaient du nombre d’espèces de girafes à partir des motifs de leur pelage, les ornithologues commençaient à étudier les migrations des oiseaux. Ils devaient identifier des individus, ce qu’ils firent dès la fin du XVIIIème siècle au moyen du marquage ou du baguage, technique que les spécialistes des autres espèces animales furent plus lents à adopter.

Exemple : John James Audubon (1785-1851), attachait des fils de couleur aux pattes des tyrans dans les années 1820...

Des techniques modernes sont maintenant utilisées... 

Des biologistes fixent sur le dos des oiseaux des émetteurs radio...
Des chercheurs ont mis des harnais sur des tortues... 

D'autres biologistes étudient la migration d'invertébrés comme les papillons "monarques".
... ou la migration de mammifères comme les gnous.

On sait que les animaux migrateurs peuvent parcourir de grandes distances pour aller à des endroits très précis.

Problème : quels sont les mécanismes d'orientation des migrateurs ?

De nombreuses hypothèses peuvent être proposées : peut-être que la direction et le point d'arrivée sont des connaissances innées, peut-être que l'animal doit apprendre le trajet en accompagnant des anciens.

bibliographie