La reproduction sexuée des animaux

 

 

On appelle reproduction

la fonction par laquelle les êtres vivants perpétuent leur espèce.

  • La reproduction asexuée ou multiplication végétative est une reproduction sans intervention de gamètes. C'est plus fréquent chez les végétaux que chez les animaux.

    Chez les animaux, il peut s'agir de parthénogenèse ou de bourgeonnement.

  • La reproduction sexuée nécessite la présence de deux individus de sexes différents.

    Indispensables pour qu'il y ait reproduction sexuée : les gamètes sont les cellules reproductrices sexuées. Ces cellules possèdent deux fois moins de chromosomes que les autres cellules de l'organisme.

 

La maturité sexuelle

est l'âge à partir duquel l'individu devient capable de se reproduire.

 

Exemples (d'après le guide complet des Mammifères de France et d'Europe, de D. Macdonald et P. Barrett, éd. Delachaux et Niestlé 1995)

Animal

Age de la maturité sexuelle

Campagnol des champs

femelle dès 11 jours

mâle vers 30 jours

Grand hamster

43 jours

Souris domestique

8 à 12 semaines

Taupe

11 mois

Hérisson

1 an

Singe magot

3/4 ans

Ours polaire

5/6 ans

Grand dauphin

11/12 ans

Orque

femelle vers 8-10 ans

mâle vers 15-16 ans

Cachalot

femelle entre 7 et 12 ans

mâle vers 18-19 ans

 

 

La reproduction sexuée

 

On appelle accouplement la relation sexuelle entre un mâle et une femelle de la même espèce, permettant la reproduction sexuée.

  • Le rut (du latin rugitus : rugissement) est l'état physiologique des mammifères, qui les pousse à rechercher l’accouplement.

    Synonymes en parlant de la femelle : œstrus, chaleur : moment où elle est apte à être fécondée.

  • L'expression "parade nuptiale" désigne le comportement d'un individu de l'un des deux sexes pour attirer l'attention de l'autre sexe avant l'accouplement.

  • On appelle phéromones les substances chimiques très volatiles fabriquée par les femelles (notamment de certains insectes) au moment de la reproduction pour attirer les mâles.

Le terme hermaphrodite qualifie un être vivant qui possède à la fois un appareil reproducteur mâle et un appareil reproducteur femelle.

Exemples : l’escargot est un animal hermaphrodite ; la plupart des végétaux à fleur sont hermaphrodites.

 

L'étape caractéristique de la reproduction sexuée est la fécondation : La fusion d'un gamète mâle, ou spermatozoïde, et d'un gamète femelle, ou ovule, donne une cellule-œuf = zygote. L’union du noyau du spermatozoïde avec le noyau de l'ovule réunit, au hasard, les chromosomes d'origine paternelle et les chromosomes d'origine maternelle dans la cellule-œuf.

En savoir plus - Photographie

La multiplication et l'organisation des cellules issues de la cellule-œuf (ou zygote) constituent le développement embryonnaire ou embryogenèse.

On appelle embryon le premier stade du développement d'un être vivant : de la première division de la cellule-oeuf à la naissance/l'éclosion chez l'animal. Chez l'être humain, on parle d'embryon durant les deux premiers mois du développement, on parle ensuite, jusqu'à la naissance, de foetus. Chez les plantes angiospermes, la graine contient un embryon, aussi appelé plantule.

  • La cellule œuf se divise (phénomène de segmentation : Première étape du développement embryonnaire, caractérisée par des divisions cellulaires rapprochées sans augmentation de taille de l'embryon.) et engendre une masse cellulaire pleine qui ressemble à une mûre (d'où son nom de morula, « petite mûre »).

  • Très rapidement, la morula se transforme en une sphère creuse, la blastula, limitée par une seule couche de cellules.

  • L'étape suivante est un embryon rudimentaire, toujours creux, mais formé par deux couches de cellules : la gastrula.

    Chaque couche de cellules est appelée feuillet embryonnaire. Il existe dans la gastrula

    • un feuillet externe, ou ectoderme ou ectoblaste,

    • un feuillet interne, ou endoderme ou endoblaste,

    • La cavité qui se trouve entre les deux feuillets communique avec l'extérieur par un petit orifice : c'est la bouche primitive, ou blastopore.

Ce stade très précoce du développement de tous les animaux est appelé stade à deux feuillets, ou stade diploblastique. L'évolution de l'embryon peut ensuite se poursuivre selon deux modalités :

  • Chez les éponges, cnidaires, cténaires, mésozoaires, l'animal reste au stade à deux feuillets.

  • Chez la plupart des animaux, l'étape suivante du développement embryonnaire est la formation d'un troisième feuillet, le mésoderme ou mésoblaste. Les animaux à trois feuillets sont dits triploblastiques.

    Les cellules du mésoderme forment deux massifs cellulaires symétriques, qui s'organisent généralement en vésicules creuses : le cœlome.

    Dans le groupe des cœlomates, l'évolution peut se poursuivre ensuite dans deux directions

    Celui-ci se fragmente en segments (ou métamères) qui se placent à la suite les uns des autres et autour desquels se disposent les éléments des futurs organes comme les muscles, le système nerveux ou le tube digestif. C'est l'origine de la segmentation (ou métamérisation) du corps, qui reste visible chez beaucoup d'animaux, même à l'âge adulte.

     

    Par exemple on observe trois parties dans le corps des insectes :

    • la tête est formée de 6 métamères fusionnés et indistincts

    • le thorax est formé de 3 métamères distincts, chacun porte une paire de pattes

    • l'abdomen possède généralement 11 métamères (6 ou 10 chez certains insectes).

On peut aussi classer les animaux en fonction de leur manière de donner naissance à leurs petits.

  • On parle de viviparité chez les animaux qui donnent naissance à des petits vivants. C’est le cas de la plupart des mammifères, de certains reptiles et de certains poissons cartilagineux.

    La gestation (du latin gestare : porter) est l'état d'une femelle vivipare qui porte ses embryons puis ses foetus dans son/ses utérus. Chez la femme, on utilise le terme grossesse.

    La durée de la gestation varie entre 21 jours chez la souris et 640 jours chez l'éléphant.

  • On parle d'oviparité quand un animal qui se reproduit en pondant des œufs ; les œufs éclosent et donnent naissance à de nouveaux individus. C'est le cas de nombreux vertébrés : oiseaux, la plupart des reptiles et poissons, amphibiens.

Certaines naissances sont mystérieuses...

Une première en Europe. Quatre varans = dragons de Komodo sont nés. Ces petits reptiles sont sortis d'oeufs pondus par Sungaï, une femelle originaire du parc de Thoiry et envoyée à Londres. Or cela fait deux ans que Sungaï n'a pas été en contact avec un mâle de la même espèce...

Normalement, après fécondation, l'incubation dure environ huit mois.

Selon les responsables de Thoiry, deux hypothèses peuvent expliquer la naissance des petits de Sungaï :

  • hypothèse 1 : Les femelles de dragons de Komodo ont une spermathèque = une sorte de réservoir de spermatozoïdes.

  • hypothèse 2 : les femelles de dragons de Komodo sont capables de se reproduire par parthénogenèse = autofécondation.

Pour savoir quelle hypothèse est correcte, une étude génétique doit être faite.

Le bouquetin  
Le criquet migrateur
Le dauphin
Les escargots  
Les libellules et demoiselles
Les moustiques
Les renards
La reproduction humaine