La reproduction des moustiques

René Limoges
Insectarium de Montréal

Les moustiques

L'accouplement des moustiques a lieu en vol ou dans la végétation. 

Grâce aux longs poils dressés sur leurs antennes, les mâles peuvent percevoir le bourdonnement produit par le battement rapide des ailes des femelles qui s'approchent des essaims lors du vol nuptial. 

Seule la femelle absorbe du sang. Ce repas sanguin constitue la source de protéines nécessaire pour compléter la formation des œufs - la plupart des espèces ne peuvent amener leurs œufs à maturité ou pondent beaucoup moins si elles n'absorbent pas de sang. 

Les moustiques femelles choisissent l'endroit où elles pondent en fonction de certaines odeurs. Les larves produisent en effet des phéromones, véritables messages chimiques perçus par les femelles à la recherche d'un site de ponte. Les larves émettent ces phéromones dès la sortie de l'œuf. Ces substances solubles dans l'eau persistent plusieurs semaines, jusqu'à la période de ponte de la nouvelle génération de femelles. Ces dernières semblent non seulement « savoir » si le site a déjà été occupé par des larves mais aussi en quelle quantité. Elles peuvent alors éviter de pondre dans des sites qui ont été surpeuplés.

Les femelles gardent la semence du mâle dans leur spermathèque, une petite poche située dans l'abdomen. Une fois fécondées, elles partent en quête d'un repas de sang. Les mâles ne vivent généralement que quelques jours, puisant dans le nectar des fleurs les sucres qui leur fournissent de l'énergie. Après avoir absorbé du sang, la femelle se pose dans un endroit abrité pour digérer son repas. 

Quelques jours plus tard, selon son espèce, elle pond dans différents milieux aquatiques ou sur le sol humide. Les œufs sont déposés par exemple sur la vase bordant un étang temporaire (moustiques du genre Aedes), sur l'eau d'un étang permanent (Anopheles), sur l'eau de contenants artificiels (Culex), dans un creux d'arbre (Orthopodomyia), etc. 

De 50 à 300 œufs sont pondus en quelques heures ou en plusieurs jours, selon les espèces. En général les œufs sont déposés individuellement, mais on les trouve aussi accolés les uns aux autres, formant des barquettes ou de petits radeaux flottant à la surface. Les oeufs sont fusiformes, allongés et renflés dans leur milieu, et parfois munis de minuscules flotteurs. 

Selon l'espèce et la période de l'année, l'éclosion se produit après quelques heures ou est plus ou moins retardée, parfois de plusieurs mois. Certains œufs de moustiques peuvent résister à une période de sécheresse de trois à cinq ans. 

Larve

René Limoges
Insectarium de Montréal

Après sa sortie de l'œuf, la minuscule larve grandit en passant par quatre stades larvaires. 

Sur la tête de la larve se trouvent des yeux simples, de courtes antennes arquées et un ensemble de brosses buccales. Le thorax porte sur les côtés plusieurs groupes de soies raides disposées en éventail. 

L'abdomen allongé se termine en général par deux structures placées en V sur le plan vertical : un siphon dorsal et les deux derniers segments abdominaux déportés ventralement. Le siphon, plus ou moins allongé selon les espèces, facilite la respiration de la larve. 

Vers l'extrémité de l'abdomen se trouvent quatre branchies anales allongées et blanchâtres qui jouent aussi un rôle dans la respiration. On trouve également dans cette région de l'abdomen des touffes de longues soies.

Nymphe

René Limoges
Insectarium de Montréal

Lorsqu'elle a terminé sa croissance, la larve devient moins active. Elle se transforme en nymphe. Celle-ci, beaucoup plus trapue que la larve, a la forme d'une virgule. 

Sa partie avant correspond à la tête et au thorax ; elle porte une paire de tubes respiratoires

L'abdomen est libre et se termine par deux palettes natatoires

La nymphe est active mais il lui arrive de rester immobile juste sous la surface de l'eau, absorbant l'air par ses tubes respiratoires. Si elle est dérangée, elle plonge vers le fond pour échapper aux prédateurs. 

La nymphe des moustiques, même si elle est active, ne se nourrit pas. Des nymphes aussi mobiles font figure d'exception chez les insectes à métamorphose complète.

L'émergence de l'insecte adulte a lieu à la surface de l'eau. La nymphe s'étire, son tégument se fend dorsalement et, très lentement, le moustique s'extirpe de l'exuvie. L'adulte qui vient d'émerger est plutôt mou ; en général, avant de s'envoler, il reste à la surface jusqu'à ce que ses ailes et son corps sèchent et durcissent. Les mâles émergent souvent avant les femelles, car il leur faut davantage de temps pour développer leurs glandes sexuelles. Ils se rassemblent en essaims, souvent le soir, au-dessus des herbes hautes, des masses d'eau ou d'objets proéminents, ou encore dans des clairières. Les femelles viennent les y rejoindre. Les couples se forment et quittent l'essaim pour copuler.

Origine des documents :

 

Encyclopédie Microsoft ® Encarta ® 2002.