La reproduction des renards roux

  • Gestation : 52-53 jours

  • Naissance : 4 à 5 renardeaux par portée, pesant 100 g à la naissance

  • Maturité sexuelle : 10 mois

Les renards

Le peuplement d'un milieu est assuré, chez les animaux, grâce aux déplacements des individus et à la reproduction.

  • La reproduction permet aux espèces de se perpétuer : Chez le renard, l'activité reproductrice est cyclique et saisonnière.

  • Des relations existent entre le mode de reproduction et le milieu de vie des êtres vivants : Chez le renard, animal terrestre, l'accouplement est suivi d'une fécondation interne (un ou plusieurs jours après l'ovulation). Le développement des petits se fait dans l'utérus. La mise-bas (viviparité) a lieu dans un terrier préparé à cette intention ; les petits sont allaités, sevrés progressivement. Leur éducation dépend de leurs deux parents qui prennent bien soin d'eux, développant leurs aptitudes à jouer, chasser…

  • Les conditions du milieu influent sur le taux de reproduction et ainsi sur l'évolution des populations : En cas de manque de nourriture durant la gestation de la renarde, certains fœtus se résorbent spontanément " in utero ". Il en est de même en cas de disette, froid intense ou disparition de proies : les individus malades, faibles, fragiles meurent. Par contre, lorsque les conditions sont favorables, le nombre de petits par portée augmente et plus de jeunes auront de chances d'arriver à l'âge adulte.

 

La saison de reproduction

 

Chez le renard, comme chez la plupart des mammifères sauvages septentrionaux, l'activité sexuelle est saisonnière et cyclique. Le décalage des saisons reproductrices sous différentes latitudes prouve que la durée d'éclairement a une influence sur le déclenchement de l'activité sexuelle : il semblerait que plus la région est méridionale, plus la saison de reproduction est précoce, les animaux synchroniseraient leur horloge biologique sur la durée du jour. Le renard se classe parmi les espèces dites à jours courts.

L’automne venu, les renards délimitent leur territoire :

  • Odeur très âcre et musquée de l’urine et des excréments - le marquage avec l’urine est parfois le fait des seules femelles dominantes.

  • Odeur de la sécrétion de la glande supracaudale - chez le mâle, cette glande est plus active en période de reproduction.

  • Cri nuptial (cris rauques et répétés 3 fois, sortes d'aboiements brefs suivis de gémissements rappelant un miaulement de chat puis un hurlement déchirant ainsi que des gloussements, des hululements) qui constitue un avertissement supplémentaire à l’intention de tout rival susceptible de franchir ces frontières odorantes.

La femelle s'unit à un mâle qui possède un territoire (environ 3 à 8 km2) : tous deux se battent pour en éloigner les intrus. Le couple est généralement formé pour une saison, parfois plus longtemps, mais chacun chasse de son côté : on ne les voit donc pas souvent ensemble. On pensait le renard monogame : c'est faux, les renards pratiquant volontiers le ménage à trois. Mais même si dame renarde peut faire preuve de bigamie, personne n'est autorisé à pénétrer dans le terrier juste avant la mise-bas. Une fois leur territoire délimité, les renards s’installent dans un terrier. La pièce où les jeunes naissent est tapissée de poils de la renarde.

 

L’hiver est la saison des amours. Dans le calme de l’hiver, les sons portent bien, permettant aux appels amoureux des renards d’être entendus de loin. En période de rut, juste avant l’accouplement, les renards se livrent à un simulacre de lutte. La période de rut se situe généralement en janvier mais elle peut débuter avant Noël ou en février seulement.

 

La renarde est pubère dès sa première année et est mono-œstrienne (elle n'a qu'une seule saison de chaleurs). La période des chaleurs des renardes dure environ trois semaines, souvent entre la mi-décembre et la mi-février (la vulve est enflée, rose, humide), mais elles ne sont fécondes que pendant trois jours au maximum. Si elle a été sensible au concert donné par le mâle, elle indique ses bonnes dispositions en émettant des jets d'urine : c'est elle qui prendra les initiatives, les chaleurs (discrètes) durant 24 à 36 heures à peine, l'ovulation se produisant à la fin du premier ou au début du deuxième jour de réceptivité et la fécondation un ou plusieurs jours plus tard. Pendant 2 ou 3 jours, les partenaires ne se quitteront plus et ce ne sera que suite de jeux, poursuites effrénées.

 

Pour les mâles, leurs testicules augmentent six fois de volume entre décembre et février. (le développement des testicules commence dès octobre, mais régresse dès fin janvier / février).

 

Les renards ne s'accouplent qu'une fois par an : pendant cette période, ils ont plus bruyants et plus actifs que d'ordinaire. Au moment de l'accouplement, la femelle émet un gémissement aigu de soumission. Le « verrouillage » qui suit la copulation dure jusqu’à 90 minutes.

 

La portée de renardeaux

 

Au terme d'une gestation de 52-53 jours, c’est la naissance : la renarde met bas 4 ou 5 petits (on a trouvé un maximum de 12 embryons chez une renarde) dans un terrier souterrain, entre mars et mai. L'effectif de la portée dépend directement de la quantité et de la qualité de la nourriture disponible. En cas de manque, certains fœtus se résorbent et meurent in utero. Il semblerait que la sex-ratio ait tendance à évoluer en faveur des mâles, les femelles étant plus exposées au moment de la période de chasse. On avance même l'idée d'une meilleure réussite des fœtus mâles dès la vie utérine mais, d'une façon général, la sex-ratio est bien équilibrée. En général, seuls un ou deux jeunes survivent jusqu’au sevrage.

 

Le premier mois de vie des renardeaux

 

 

Les renardeaux naissent les yeux clos, aveugles et sourds, ils sont recouverts d’un pelage court et doux, gris ou brun foncé, avec le bout de la queue blanc chez les sujets qui l’ont à l’âge adulte ; ils pèsent entre 85 et 125 g à la naissance. Le renardeau a besoin de la chaleur maternelle durant les 2 ou 3 premières semaines : pendant le premier mois, la femelle reste sous terre avec ses petits ; elle a 8 tétines en général (parfois 7, 9 ou 10).

Pour que les petits accèdent plus facilement à ses 8 mamelles, la renarde perd tous les poils de son ventre. Quand les jeunes sont petits, elles les allaitent en position couchée mais au fur et à mesure qu'ils grandissent, elle se met debout afin que chacun puisse téter correctement. Peu à peu, ses réserves de lait s'épuisent : les aliments solides, déjà consommés par les petits depuis l'âge de 1 mois, deviennent alors leur seule nourriture.

Les yeux des jeunes s’ouvrent à 11-14 jours et sont bleus jusqu’à 1 mois, puis ils deviennent bruns à couleur ambre. Les oreilles s’ouvrent à la même période, peu avant que le renardeau ne commence à se tenir sur ses pattes et à marcher. Les renardeaux sont curieux, très joueurs et souvent turbulents. Au début, leur mère ne les quitte pas et reste avec eux dans le terrier : elle dépend alors totalement du mâle pour la nourriture. La renarde lèche beaucoup ses renardeaux : plus leur pelage est propre, plus il les isole contre le froid.

Parfois une sœur non reproductrice ou une fille de la portée précédente assiste la mère pour élever la portée - une telle expérience permettra à l'assistante d'élever sa propre portée la saison suivante. Il arrive aussi que deux femelles partagent le même terrier et élèvent ensemble leurs petits : si l'une venait à mourir, l'autre se chargerait alors des orphelins.

C'est à cette époque que les dents de lait commencent parfois à apparaître : cette première dentition s'achève au cours de la 7ème semaine et sera remplacée par la dentition définitive entre la 11ème et la 25ème semaine. Le début du sevrage coïncide avec l'apparition des premières dents de lait.

 

Le sevrage

 

Vers 4 semaines, les renardeaux effectuent leur première sortie en gueule de terrier, jouant pendant que leur mère part chasser. A ce stade, ils ne manifestent aucune crainte. Les renardeaux ont alors la face qui devient rousse et le museau qui s’allonge.

Vers 6 semaines (12 maximum), les jeunes sont sevrés, les adultes apportent de la nourriture aux jeunes, y compris celle qu’ils ont stockée au préalable près du terrier.

A 7-8 semaines, le renardeau ressemble en plus petit à l’adulte, avec un pelage un peu duveteux et une marque noire entre l’œil et le coin de la gueule. Entre 4 et 10 semaines, les jeunes prennent 50 g par jour.

 

Renardeau
Renardeau près de Nancy - Meurthe et Moselle

Le départ des jeunes

Dès 6 mois, on ne peut distinguer le jeune d’un adulte. La plupart des jeunes âgés de 6 mois à 1 an quittent le territoire natal ou en sont chassés, entre octobre et janvier inclus. Les jeunes vont en général à 5-10 km, mais ils peuvent aussi aller à 250 km. Les mâles se déplacent plus que les femelles, plus ou moins selon le milieu : par exemple dans la campagne du Pays de Galles, le mâle part à 14 km et la femelle à 6,5 km ; dans le district urbain de Bristol le mâle part à 2,3 km et la femelle à 800 m en moyenne.