La respiration dans le monde animal

2 Quels sont les différents types d'organes qui permettent aux grenouilles de respirer ?

Disséquons une grenouille afin d'observer ses organes...

D’abord on coupe la peau, puis on l’écarte de chaque côté.

On ouvre ensuite l’abdomen.
On dégage les muscles du thorax.
De nombreux organes apparaissent.
En écartant de chaque côté, on les distingue mieux. 

Au niveau de l’abdomen, on découvre les poumons. On peut aussi remarquer que la grenouille n'a pas de cage thoracique ni de diaphragme (elle n'a donc pas les mêmes mouvements respiratoires que l'homme).

Observons le fond de la bouche. En écartant légèrement de chaque côté, une entrée apparaît. C'est la glotte.

Les élèves décident de souffler dedans...

Les poumons se gonflent.

L’expérience est réalisée sur une autre grenouille : plus on souffle, plus les poumons se gonflent.

La grenouille a deux poumons. Chaque poumon (organe qui permet les échanges gazeux respiratoires entre l'air et le sang) a la forme d'un ballon dont la paroi, très mince, contient un réseau dense de capillaires sanguins. Les poumons des grenouilles sont de simples sacs aux parois très minces et pauvres en vaisseaux sanguins. Pour faire entrer l’air dans ses poumons, la grenouille l’avale. Contrairement aux mammifères, la grenouille ne peut ni dilater ni contracter ses poumons car elle est dépourvue de cage thoracique.

Au début du XX° siècle, le chercheur danois August Krogh (prix Nobel en 1920 pour ses recherches sur la circulation sanguine dans les capillaires) prit des grenouilles, bloqua l’arrivée de l’air dans leurs poumons.

Il trouva ainsi que la quantité de dioxygène pénétrant à travers la peau dans le sang suffit à leur survie en hiver, qui constitue leur période de repos, alors que les poumons sont nécessaires pendant le reste de l’année.

en savoir plus sur la respiration cutanée

Origine des photographies de la dissection