Le vol des oiseaux

Voler consiste à avancer dans les airs tout en compensant la force de l’attraction terrestre. 

Cela peut se faire de deux manières : le vol battu et le vol plané

La forme des ailes est adaptée au type de vol pratiqué.

Si le guépard est l’animal terrestre le plus rapide (80 km/h) et le voilier le poisson le plus rapide (104 km/h), le martinet spinicaude bat tous les records en vol horizontal : 160 km/h.

Mais celui qui bat tout les records de vitesse, c'est le faucon pélerin : lorsqu’il fond sur une proie, il atteint une vitesse de plus de 320 km/h

Le cygne est l’un des plus lourds oiseaux aptes au vol. Un cygne adulte peut peser près de 16 kg mais, aussi lourd qu’il soit, il est étonnamment léger si on le compare à un mammifère de taille comparable. Un bouledogue, par exemple, est environ quatre fois plus lourd. Les oiseaux doivent leur légèreté à de nombreuses adaptations anatomiques :

  1. Les os sont creux

  2. Le bec corné remplace les mâchoires plantées de nombreuses dents

  3. Il y a des sacs remplis d’airs. La plupart des oiseaux en ont neuf. Ces sacs aériens allègent l’oiseau et lui permettent de respirer un air riche en dioxygène pour mieux voler.

Le vol est un moyen de locomotion rapide qui permet des déplacements sur de longues distances, au-dessus des terres et des mers, c'est pourquoi la moitié à 80 % des espèces d’oiseaux sont des migrateurs.

Seules quelques espèces d’oiseaux ne volent jamais, et ont perdu au cours de l’évolution l’aptitude au vol : les ailes se sont atrophiées, disparaissant parfois complètement sous le plumage du corps, de même que le bréchet, la lame osseuse sur laquelle s’accrochent les muscles du vol.

Premier groupe d’oiseaux totalement inaptes au vol : les ratites.

Ainsi les autruches (Struthio camelus) sont les plus gros oiseaux actuels : elles peuvent atteindre 2,50 m de haut pour 130 kg.

 

 

Deuxième groupe d’oiseaux totalement inaptes au vol : les manchots, dont les ailes se sont modifiées pour former des nageoires. Les pingouins, bien que souvent confondus avec ces derniers en raison d’une allure générale similaire, sont en revanche tout à fait capables de voler.