La classification des poissons

Les poissons constituent plus de la moitié du nombre total des vertébrés actuels (les zoologistes estiment à 25000 le nombre d'espèces de poissons, pour 45000 espèces de vertébrés ; de nouvelles espèces de poissons continuent à être découvertes à un rythme rapide et on s'attend à ce que le nombre final d'espèces connues dépasse les 30 000).

Ce sont des animaux vertébrés aquatiques possédant des nageoires et respirant par des branchies. 

Les zoologistes du XIX° considéraient qu'il y avaient une classe de poissons, aujourd'hui ils subdivisent les poissons en deux classes : 

  • les poissons sans mâchoires = agnathes ou cyclostomes, qui ne sont plus représentés à l’heure actuelle que par les lamproies et les myxines. Ce sont des poissons allongés en forme de serpents, la bouche ventrale n’a pas de mâchoires mais est arrondie en entonnoir et fonctionne comme un suçoir.

  • les poissons à mâchoires = gnathostomes, répartis en poissons cartilagineux = chondrichthiens (requins, raies et chimères), et poissons osseux = ostéichtyens tous les autres poissons).

Les pêcheurs classe les poissons en fonction du lieu de pêche... Ainsi, le Val d'Oise compte 300 km de cours d'eau classés en deux catégories :

  • On pêche la truite dans les rivières de première catégorie (Aubette, Epte, Sausseron et Viosne), du 27 mars au premier octobre.

  • On pêche les poissons blancs (brochets du 17 avril à fin janvier, carpes, gardons, perches, tanches...) dans les rivières de seconde catégorie. On trouve des ablettes, des carpes (jusqu'à 15 kg), des perches et des sandres dans l'Oise, notamment à L'Isle-Adam et Persan.

S'ajoutent 200 ha de plans d'eau, à L'Isle-Adam, dans la forêt de Carnelle et dans la base de loisirs de Cergy-Neuville.

Des associations valdoisiennes soutenues par le conseil général oeuvre en faveur de la restauration des cours d'eau. Des opérations sur l'Aubette à Magny-en-vexin en 2002, à Sagy en 2003, ont redonné un côté naturel à des sites qui avaient été dégradés par des curages. L'aménagement de caches pour les truites a permis d'obtenir le redémarrage de leur reproduction qui avait cessé il y a une trentaine d'année. De plus, chaque année, ces associations mettent dans les rivières plus de 7 tonnes de truites et 4 tonnes de brochets et autres poissons.

La nage des poissons

Bibliographie

 Val d'Oise mag, avril 2004.

nature.ca/truite  

delley.ch

wallonie/truite

association de pêche adamoise