La classe des ostéichtyens

= poissons osseux

 

Les ostéichthyens, poissons à squelette osseux (30 000 espèces), sont généralement dotés d’une vessie natatoire qui leur sert à équilibrer leur flottabilité. De chaque côté du corps, les fentes branchiales sont recouvertes par un opercule osseux : la chambre branchiale ainsi formée s’ouvre à l’extérieur, en arrière de l’opercule, par une fente unique. La peau est revêtue d’écailles imbriquées comme les tuiles d’un toit. La fécondation est externe, la plupart des espèces sont ovipares.  Les ostéichthyens se sont, dès le début de leur évolution, partagés en trois groupes :

 

 

Les dipneustes, comme les protoptères d'Afrique, sont de véritables reliques du Dévonien. Ils ne sont plus représentés que par trois genres vivant dans les eaux douces d’Australie, d’Afrique tropicale et d’Amazonie. Ce sont des poissons pulmonés, qui mènent une vie amphibie.

 

 

Les crossoptérygiens sont les ancêtres des amphibiens, c’est-à-dire de tous les tétrapodes. On les croyait entièrement fossiles, jusqu’à ce que, en 1938, on en pêche une espèce bien vivante dans le canal de Mozambique : le cœlacanthe Latimeria chalumnae. Après l’avoir trouvé dans les eaux proches de Madagascar, il a été trouvé dans les parages des Comores.

 

 

Les actinoptérygiens = poissons à nageoires rayonnées sont divisés en plusieurs groupes : 

  • Le groupe des chondrostéens, comme l'esturgeon dont le squelette, incomplètement osseux, comprend une partie cartilagineuse, est un groupe primitif. Les holostéens (lépidostée) et les brachioptérygiens (polyptère du Nil) sont deux autres groupes primitifs. 

  • Le plus vaste groupe d’actinoptérygiens est celui des téléostéens, caractérisés par leur squelette complètement ossifié et leurs écailles fines et chevauchantes (de type élasmoïde) : comprenant plus de 20 000 espèces, il se divise en une trentaine d'ordres, notamment 

    • L’ordre des anguiliformes ou apodes avec la famille des anguillidés (anguilles), des congridés (congres ou anguilles de mer), la famille des ophichthidés (poissons-serpents), la famille des murénidés (murènes). 

    • L’ordre des clupéiformes avec la famille des clupéidés (harengs, sardines, sprats) et la famille des engraulididés (anchois). 

    • L’ordre des salmoniformes avec la famille des salmonidés (saumons, truites, ombres), des ésocidés (brochets).  

    • L’ordre des cypriniformes avec la famille des cyprinidés (carpes, vairons, « poissons rouges », goujons). 

    • L’ordre des characiformes avec la famille des characidés (piranhas), « néons » des aquariums. 

    • L’ordre des siluriformes (poissons-chats ou silures). 

    • L’ordre des gadiformes avec la famille des gadidés (morues). 

    • L’ordre des syngnathiformes avec la famille des syngnathidés (hippocampes) 

    • L’ordre des lophiiformes avec la famille des antennariidés (poissons-crapauds) et la famille des ogcocéphalidés (poissons chauves-souris). 

    • L’ordre des perciformes avec la famille des centropomidés (brochet de mer), des sérranidés (mérous), des grammidés (poissons-fées), des priacanthidés, des apogonidés (cardinaux), des malacanthidés (perches-tuiles), des echénéididés (rémoras), des carangidés (carangues, chinchards), des lutjanidés (pagres ou sardes), des haemulidés (grogneurs, gorettes), des sciénidés (chevaliers), des mullidés (rougets), des chaetodontidés (poissons papillons), des pomacanthidés (poissons-anges), des pomacentridés (demoiselles), des mugilidés (mulets), des sphyrénidés (barracuda), des scaridés (poissons-perroquets), des blennidés (blennies), des gobiidés (gobies), des acanthuridés (poissons-chirurgiens), des scombridés (thons et maquereaux). 

    • L’ordre des pleuronectiformes (poissons plats : carrelet ou plie, sole, turbot…)  

    • L’ordre des tétraodontiformes avec la famille des balistidés (balistes), des monacanthidés (bourses), des ostraciidés (poissons-coffres), des tétraodontidés (poissons-globes, tétrodons), des diodontidés (poissons porcs-épics).