L'intensité d'un séisme

L’intensité est une grandeur qui permet d’évaluer les effets ressentis en surface. C’est une valeur associée au lieu d’observation. A l'inverse de la magnitude qui se calcule, l'intensité d'un séisme ne peut donner lieu qu'à une estimation sur une échelle : 

  • Echelle M.S.K. (pour Medvedev, Sponheuer et Karnik, noms de trois sismologues européens) : Système d’évaluation de l'intensité des séismes qui comporte 12 degrés. Cette échelle date de 1964. degré I : secousse seulement détectée par les instruments, degré V : seuil d'affolement des populations avec réveil des dormeurs, faibles dommages, degré VIII : dégâts matériels importants, degré XII : changement total du paysage, catastrophe. Le nombre de victimes n’est pas pris en compte dans ces évaluations. C'est encore l'échelle de référence, en phase d’être remplacée en Europe par l'échelle EMS 92

  • Echelle de Mercalli : Système d’évaluation de l’intensité des séismes. Cette échelle date de 1902 et n'est plus guère utilisée.

  • Echelle EMS 92 : European Macroseismic Scale 1992 Système d’évaluation de l’intensité des séismes qui est en train de devenir la référence en Europe.

 

  • On appelle aire macrosismique = surface macrosismique la zone géographique où l'intensité dépasse une certaine valeur (généralement II, III ou IV). Elle correspond à la zone où le séisme a été ressenti.  Cette surface peut être exprimée en donnant le rayon d’action du séisme.

  • On appelle Isoséiste une ligne imaginaire reliant les lieux ayant subi la même intensité sismique. (Iso- = Préfixe signifiant « égal »).