Les séismes en France : 

Alpes, Provence

L'activité sismique des Alpes est liée à la déformation de la marge de la plaque Européenne.

Au nord, une bande sismique s'étend sur 50 km de large depuis Chamonix jusqu'à Valence. Cette zone est peut-être actuellement le siège d'une lacune sismique. Ceci impose une surveillance particulière d'autant que la densité de la population a beaucoup augmentée ces dernières décennies. 

Le séisme du 14-15 juillet 1996 qui a secoué la région d’Annecy, de magnitude 5,2, a provoqué des dégâts matériels assez importants : les assurances ont déboursé 61 millions d’euros. Il y a eu un blessé léger... et la consommation de tranquillisants a augmenté. Les personnes âgées de plus de 80 ans n'avaient jamais rien ressenti de tel. Il s'agissait d'un séisme superficiel (foyer à environ 3 km de profondeur) ; la faille du Vuache a coulissé de 10 cm sur 3 km de longueur.

Au sud, jusqu'à la Méditerranée, de Marseille à Cannes, la sismicité est "nulle". On y ressent néanmoins des séismes dont les foyers se situent plus à l'Est, à partir de Nice en direction de l'Italie (cela correspondrait à la limite des plaques Afrique et Europe).

25 mai 2001 : un séisme de magnitude 4,6 secoue durant 10 secondes la côte, de Marseille à la Ligurie, sans faire de victimes ni de dégâts. L'épicentre est situé en mer Méditerranée, à 30 km au sud de Nice.

Enfin, on observe une activité assez régulière et importante dans le Queyras et l'Ubaye mais également dans les régions internes des Alpes et notamment dans le Briançonnais. Le sud-est avec en particulier la zone des plis alpins, les séismes du Briançonnais et de l'arrière pays niçois.