Le genre Crataegus : Les Aubépines

Rosales - Rosacées

Les aubépines les plus souvent plantées chez nous sont deux très belles espèces indigènes : C. oxyacantha et C. monogyna. Mais on trouve aussi une grande variété d’espèces venues d’Amérique du Nord ou d’Asie depuis le XVII°, et surtout au XIX° et au début du XX°. En tout, le jardinier dispose d’au moins 150 espèces. Avant la dernière guerre, une pépinière berlinoise proposait un assortiment de plus de 100 espèces et variétés ; il y a quelques dizaines d’années on dénombrait plus de 1000 espèces d’aubépines en Amérique du Nord, pour 90 pour l’Europe et l’Asie.
- arbres et arbrisseaux conviennent souvent bien pour faire des haies défensives, avec leurs épines et leur tolérance à la taille
- l’écorce peut être vivement colorée
- les feuilles dentées ou lobées prennent parfois de très jolies teintes à l’automne, elles sont caduques ou semi-persistantes, alternes, stipulées et pétiolées
- la floraison abondante est souvent parfumée, les fleurs sont blanches, roses ou rouges, elles apparaissent généralement au printemps, mais parfois aussi en été ; elles ont 5 pétales, 5 sépales, et de 5 à 25 étamines.
- les fruits (les cénelles) aux vives couleurs sont souvent persistants.

Les aubépines présentent de remarquables facultés d’adaptation : elles réussissent dans n’importe quel sol, même très pauvre, sec et rocailleux, à condition qu’il ne soit ni excessivement calcaire ni excessivement argileux. Elles ne redoutent pas le froid hivernal.
Elles n’ont qu’un ennemi : un papillon, Aporia crataegi, dont les chenilles broutent les feuilles en juin.

Outre leur intérêt ornemental, on plante les aubépines pour leurs fruits, comestibles, dont on fait des confitures, et dont on tirait autrefois une boisson fermentée très enivrante, proche du poiré. On les plante aussi pour leurs fleurs, qui ont des vertus médicinales (elles régularisent la circulation sanguine, agissant sur l’hypertension comme sur l’hypotension, elles sont antispasmodiques et sédatives).