Le coeur

 

Le coeur est l'organe central de l'appareil circulatoire, il constitue le moteur de la circulation sanguine.

 

On appelle fréquence cardiaque le nombre de battements du coeur en une minute. Le cœur humain bat à peu près 75 fois par minute.

Le cœur a une fréquence de base : c’est l’automatisme cardiaque. Puis la fréquence cardiaque varie pour répondre aux demandes du corps.

Différentes maladies peuvent modifier le rythme cardiaque. Par exemple, il se produit une accélération en cas de fièvre. La consommation de café et d’alcool, le tabagisme et le stress favorisent les troubles du rythme cardiaque. Les troubles du rythme cardiaque peuvent provoquer des malaises, voire un évanouissement ; le malade peut se plaindre de palpitations et, parfois, ne sent pas la moindre gène.

  • La tachycardie est une accélération du rythme cardiaque au-dessus de 90 à 100 battements par minute.

  • La bradycardie est un ralentissement inférieur à 60 battements par minute.

  • Le cœur est en arythmie s’il bat d’une façon irrégulière, quelle que soit sa fréquence.

En cas de trouble de la fréquence cardiaque, le médecin peut prescrire des médicaments ; si c’est très grave, un chirurgien pose un pacemaker.

 

Débit cardiaque = fréquence cardiaque x volume de sang envoyé.

Le volume d'éjection systolique est le volume de sang éjecté hors du ventricule lors de sa contraction : à chaque battement, chaque ventricule envoie 70 à 80 ml de sang.

Le cœur bat en moyenne 75 fois par minute.

Le débit de chaque ventricule est donc de 70 x 75 = 5250 ml / min, soit 5,25 l / min. Pour le cœur, c’est le double.

 

Observer un coeur

 

Disséquer et Observer le coeur isolé d'escargot petit gris,

Observer le coeur isolé d'huître

  • Les oreillettes sont les parties supérieures du coeur aux parois fines recevant le sang des veines pulmonaires et des veines caves.

  • Les ventricules sont les parties ventrues du cœur séparées par une cloison épaisse et propulsant le sang vers les artères.

  • On appelle valvules les replis membraneux fonctionnant comme des portes, ne s'ouvrant que dans un seul sens, empêchant ainsi le reflux de sang.

 

L'automatisme cardiaque

= fonctionnement autonome du coeur

 

Le myocarde est le muscle épais formant les parois du coeur et qui se contracte régulièrement de façon automatique.

 

On appelle révolution cardiaque une contraction du coeur constitué d'une phase de contraction (systole) à laquelle succède une phase de relâchement (diastole).

 

Le battement de cœur est déclenché par un petit amas du muscle cardiaque appelé nœud sinusal. Il produit des impulsions électriques qui se répandent à travers le cœur et fait se contracter les différentes cavités du cœur dans le bon ordre.

 

Le cœur de l’embryon commence à battre quand il n'a que trois semaines. C'est un cœur en construction.

 

Thomas Bartman et son équipe, voulant  identifier des mutations génétiques responsables des malformations de valves cardiaques qui affectent certains nourrissons, ont observé l’embryon du danio rayé (chez ce poisson, l'embryon est transparent et vit en dehors de sa mère). Ces chercheurs (dont les travaux sont publiés par la revue Public Library of Science Biology)  pensent aujourd'hui que certaines anomalies des valves cardiaques résultent d’interruptions temporaires de la contraction du muscle cardiaque au cours des premiers stades du développement embryonnaire. Un bon fonctionnement du muscle cardiaque est donc nécessaire au développement des valves.

 

L'infarctus du myocarde

 

On parle d'infarctus quand une partie d'un organe meurt car l'artère assurant son irrigation se bouche.

Dans l'infarctus du myocarde, c'est le myocarde qui ne reçoit plus de sang et donc meurt.

 

Pourquoi le myocarde n'est-il plus irrigué ?

Des plaques d’athérome riche en lipides épaississent la paroi des artères coronaires, qui entourent le cœur et le vascularisent, diminuent le calibre artériel, et provoquent ainsi un ralentissement de la circulation artérielle locale.

Si un caillot de sang se forme, l’artère est bouchée, le dioxygène n’est plus apporté aux cellules du myocarde : ces cellules meurent.

 

Quels sont les signes de l’infarctus du myocarde ?

L'infarctus provoque une douleur brutale et intense, au milieu de la poitrine, irradiant de manière caractéristique mais inconstante vers la mâchoire, vers les épaules et les bras, surtout du côté gauche, ou vers le dos.

 

Quels sont les risques si l'infarctus n'est pas soigné ?

Si l’infarctus n’est pas soigné, le cœur ne parvient plus à assurer d’une façon suffisante sa fonction de pompe, d’où risque de :

  1. arrêt cardiaque

  2. œdème aigu du poumon (passage et accumulation du sang dans les alvéoles pulmonaires), avec gêne respiratoire et crachats sanguins

  3. trouble du rythme cardiaque, bradycardie par exemple.

Conclusion : quel que soit votre âge, en cas de douleur à la poitrine, mieux vaut appeler le 15 ou, au moins, consulter un médecin !