Les maladies génétiques

 

Les maladies génétiques, des maladies rares

 

On parle de maladie rare quand une maladie affecte un nombre restreint de personnes, moins d'une personne sur 2.000 en Europe, soit pour la France moins de 30.000 personnes pour une maladie donnée. Certaines comme la Progeria ou le syndrome GAPO touchent moins de 100 personnes dans le monde !

Les maladies rares se comptent certainement par milliers. A l'heure actuelle, on a dénombré 6 à 7.000 maladies génétiques et 5 nouvelles sont décrites chaque semaine. 

Si presque toutes les maladies génétiques sont des maladies rares, toutes les maladies rares ne sont pas génétiques : 80 % des maladies rares sont des maladies génétiques. Il y a des maladies infectieuses très rares par exemple, ainsi que des maladies auto-immunes. Pour un grand nombre de maladies, la cause demeure inconnue à ce jour.

Une maladie génétique ou virale peut être rare dans une région et fréquente dans une autre. La lèpre est une maladie infectieuse rare en France, mais fréquente en Afrique centrale. La thalassémie est une anémie génétique rare dans le Nord de l'Europe, alors qu'elle est fréquente autour de la Méditerranée. La "maladie périodique" est rare en France mais courante en Arménie...

Les maladies rares sont des maladies graves, chroniques, évolutives. Les maladies rares empêchent de bouger (ataxie de Friedreich, myopathies), de respirer (mucoviscidose), de résister aux infections (déficit immunitaire combiné sévère = DICS) ou à la lumière du soleil (maladie des enfants de la lune = Xeroderma pigmentosum), de grandir (achondroplasie, maladie des os de verre, syndrome GAPO) ou font grandir plus vite (syndrome de Sotos) ; elles peuvent provoquer un retard mental (syndrome de l'X fragile, galactosémie), faire vieillir (progeria) ou être la cause de cancers dans certaines familles (syndrome de Gardner) ; elles peuvent empêcher la coagulation du sang (hémophilie)...

 

La personne peut être malade dès la naissance ou l'enfance, comme par exemple la drépanocytose = anémie falciforme.

Autres maladies rares commençant dès l'enfance : l'amyotrophie spinale infantile, la galactosémie, la maladie des enfants de la lune = Xeroderma pigmentosum, la maladie des os de verre, la maladie de Tay-Sachs, la maladie de Wilson, la mucoviscidose, la myopathie de Duchenne, la neurofibromatose, la progeria, le syndrome de Sotos...

Cependant plus de 50% des maladies rares apparaissent à l'âge adulte, comme la chorée de Huntington ou danse de Saint-Guy, maladie héréditaire autosomique due à l'existence d'un allèle dominant. Cette maladie ne se développe, le plus souvent, que chez les personnes de plus de 40 ans et se traduit par une dégénérescence de certains neurones intervenant dans la motricité. Il en résulte des gestes incohérents et anormaux quand le sujet est éveillé, indépendants de sa volonté. De plus, un déficit mental progressif s'installe.

Autres maladies rares commençant à l'âge adulte : l'hémochromatose génétique, syndrome de Gardner...

 

Pour la plupart des maladies rares il n'existe pas de traitement curatif, mais des soins appropriés peuvent améliorer la qualité de vie et prolonger la durée de vie. Faute de connaissances scientifiques et médicales suffisantes, un grand nombre de malades n'est pas diagnostiqué. Leur maladie demeure inconnue. Au mieux, ces personnes sont prises en charge sur la base de l'expression de leurs symptômes. Tous les malades et leur famille décrivent un parcours du combattant pour être écoutés, pour s'informer, et pour être orientés vers les équipes compétentes, lorsqu'elles existent, afin de poser le bon diagnostic.  

 

Où obtenir de l'information sur les maladies rares ? Appeler Maladies Rares Info Services, du lundi au vendredi de 9h à 18h n° Azur : 0 810 63 19 20 (prix d'un appel local), écrire à info-services@maladiesrares.org, ou consulter Orphanet, base de données sur les maladies rares et les médicaments orphelins (informations sur plus de 3.400 maladies génétiques, plus de 1.000 programmes de recherche en cours, les laboratoires de diagnostic, les associations de malades et les consultations spécialisées.)

 

Les maladies génétiques sont dues à un défaut de fonctionnement d'un gène. Ce sont des maladies héréditaires, la transmission se fait lorsque une partie du génôme du parent est transmis à l'enfant dans la reproduction sexuée. 

Ces maladies génétiques sont liées à une mutation d’un gène (allèle), autrement dit à une anomalie qui va se traduire par la synthèse d’une protéine anormale. Cette protéine anormale, en fonction de son rôle dans différents organes de l’organisme, en fonction de son importance, va avoir des conséquences très variables d’une maladie génétique à l’autre. 

Parmi les maladies génétiques, on trouve aussi bien des affections bénignes ou faiblement handicapantes (par exemple, le daltonisme - autre article sur le daltonisme ; son dépistage) que des affections extrêmement graves (par exemple, la mucoviscidose). 

On a recensé environ 5 000 maladies génétiques et identifié plus de 1000 gènes responsables. Ces maladies restent rares ou très rares, les plus répandues ayant une fréquence de 1 pour 1000, et les plus rares, 1 pour 200 000. 

Pour en savoir plus sur les maladies génétiques : consulter Orphanet,  (informations sur plus de 3.400 maladies génétiques) ou bien le site de l'académie de Versailles, un article de l'encyclopédie wikipedia... et tous les liens partant de cette page.

 

Les maladies génétiques et l'hérédité

 

L'anomalie génétique étant généralement présente dans la première cellule de l’organisme, issue de la fusion d'un spermatozoïde et d'un ovule, toutes les cellules de l'organisme vont avoir cette anomalie. Et les gamètes de la personne (spermatozoïdes ou ovules) pourront avoir cette information anormale et la transmettre : c'est héréditaire. (Cependant certaines formes de cancers peuvent être considérées comme des maladies génétiques parce qu’au niveau du génôme d’une cellule, dans un organe particulier, à la suite d’une agression (par des virus, des rayons ou d’une autre origine souvent inconnue), survient une mutation d’un gène qui va être reproduite au niveau de l’organe et aboutir à un cancer. Dans ces cas, la maladie génétique est dite somatique. Elle a été acquise, elle n’est pas transmissible et n’aboutit donc pas à une maladie héréditaire.)

 

On peut classer les maladies génétiques en fonction de leur transmission des parents aux enfants.

Qu'est-ce que cela signifie ?

 

Une maladie génétique est autosomique quand le gène lié à la maladie est situé sur un chromosome "autosome" (chromosome 1 la progeria, chromosome 3 pour la maladie de von Hippel-Lindau, chromosome 4 pour la dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale, chromosome 5 pour le syndrome de Gardner et le syndrome de Sotos, chromosome 6 pour l'hémochromatose, chromosome 7 pour la mucoviscidose, chromosome 9 pour l’ataxie de Friedreich, chromosome 14 pour la dystrophie musculaire oculo-pharyngée, chromosome 15 pour le syndrome de Marfan, chromosome 19 pour la dystrophie myotonique...)

On dit qu'une maladie génétique est liée à l'X si le gène se trouve sur le chromosome sexuel X. 

 

Une maladie génétique transmise sur le mode autosomique dominant implique un gène porté par une paire d'autosomes ; il peut y avoir plusieurs versions de ce gène : chaque version est un allèle.

L'un des allèle est responsable de la maladie génétique, et il suffit que l'un des deux chromosomes porte cet allèle pour que la personne soit malade. 

Lorsqu’un parent est atteint, il a un allèle "maladie" M dominant et un allèle "sain" récessif s. Il a un risque sur 2 de transmettre l'allèle M et donc d'avoir un enfant malade. 

Si les deux parents sont atteints, chacun a les allèles M et s. Dans 3/4 des cas, l'enfant sera malade (le père et la mère transmettent M, le père seul transmet M, la mère seule transmet M), et dans 1/4 des cas il sera en bonne santé (les deux parents ont transmis l'allèle s).

 

Une maladie génétique transmise sur le mode autosomique récessif implique aussi un gène porté par une paire d'autosomes, mais il faut que les deux chromosomes porte l'allèle responsable de la maladie pour que la personne soit malade, sinon il est masqué par l'allèle "normal" et la personne est en bonne santé.

Pour qu'une personne ait deux allèles "maladie" m, il faut que les deux parents aient cet allèle récessif sur l'un de leurs chromosomes, l'autre chromosome pouvant avoir l'allèle "santé" dominant S : les personnes ayant un allèle S et un allèle m sont en bonne santé. 

 

Une maladie génétique transmise sur le mode récessif lié à l'X implique un gène porté par un chromosome X. La maladie affectera différemment les garçons et les filles : les garçons n’ont qu’un seul chromosome X dans chaque cellule, transmis par leur mère, tandis que les filles reçoivent un chromosome X de chacun de leurs parents et chacune de leurs cellules comporte donc deux chromosomes X. 

Pour les garçons, il suffit que leur chromosome X porte l'allèle "maladie" pour qu'ils soient malades.

Pour les filles, il faut que les deux chromosomes X porte cet allèle pour qu'elles soient malades. Si un chromosome X porte l'allèle "maladie" et l'autre l'allèle "santé", la fille sera en bonne santé mais a 50% de risque de transmettre l'allèle "maladie" à son fils si elle en a un.

 

Pour certaines maladies, les trois coexistent. Par exemple dans le cas des dystrophies musculaires d'Emery-Dreifuss, dystrophies musculaires lentement progressives qui débutent dans l'enfance ou l'adolescence, deux principaux modes de transmission existent : récessive liée au chromosome X et autosomique dominante. Il existe aussi de très rares formes à transmission autosomique récessive.

 

Les thérapies géniques

 

La thérapie génique est une méthode qui consiste à introduire dans les cellules malades l'allèle "normal" du "gène défectueux" en vue de traiter une maladie.

 

Le téléthon 

Les thérapies géniques : les avancées scientifiques, essai en France, animations / infographies 

Page sur la myopathie de Duchenne, avec les derniers essais de thérapie génique concernant cette maladie 

 

 

Le diagnostic génétique préimplantatoire = D.P.I.

Une conférence du Professeur René Frydman datant de 1999 sur le D.P.I.

 

 

La « flémingite aigue collégienne »…