Le paludisme

Le paludisme est une endémie de la zone intertropicale.

Cette maladie est due à un être vivant unicellulaire de type "protozoaire" ; il s'appelle Hématozoaire du paludisme ou Plasmodium.

Cet hématozoaire est transmis par un moustique appelé anophèle

Le protozoaire injecté par un anophèle s'installe dans les cellules du foie, il s'y multiplie et fait éclater les cellules du foie.

Il colonise alors les hématies (globules rouges). Là aussi, il se multiplie et fait éclater les cellules. On observe à intervalles réguliers (48, 72 heures selon les Plasmodium) cet éclatement à l'origine de poussées de fièvre. Le malade s'affaiblit, sa rate et son foie deviennent énormes.

Au bout d'un certain temps, des formes sexuées du protozoaire, appelées gamontes, apparaissent. Si des gamontes mâles et femelles sont aspirés par un anophèle femelle, il y a fécondation dans l'intestin du moustique et de nouveaux hématozoaires pourront être inoculés lorsque l'anophèle fera un nouveau repas de sang.

La malaria est une des formes de paludisme qui se caractérise par des fièvres apparaissant toutes les 48 heures.

Cette maladie est provoquée par une espèce précise de Plasmodium : le Plasmodium malariae.

Drépanocytose et paludisme
Le paludisme : dossier de la fondation pour la recherche médicale
Le paludisme : article de l’Institut Pasteur
Le paludisme en Afrique et dans l’Océan indien : article du service de santé des armées
Savoir pour sauver… le paludisme : article de l’UNICEF