Le SRAS

SRAS : syndrome respiratoire aigu sévère

C'est une maladie infectieuse.

L'agent infectieux est un coronavirus. Ses réservoirs naturels sont des animaux : civette, raton-laveur.

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) s'est engagé le 12 mars 2003 contre cette maladie.

A l'origine, le "patient zéro", est l'occupant de la chambre 911 d'un hôtel de Hong Kong. Une chaîne de contamination partie de Hong Kong a atteint Hanoï, Toronto, Singapour ou Tourcoing.

La mobilisation internationale sans précédent, dont l'OMS a été le maître d'oeuvre, a permis de circonscrire rapidement le SRAS et d'éviter la catastrophe. Au cours de cette épidémie de SRAS, qui a éclaté en Chine en novembre 2002 et a sévi jusqu’au début de l’été 2003, plus de 8.000 personnes ont été touchées par la maladie dans le monde, et 774 en sont mortes.

D'autres cas de SRAS sont apparus depuis : 

  • en septembre 2003 à Singapour, un jeune étudiant travaillant à l’Institut de Santé Environnementale a manipulé des souches du virus du Nil occidental contaminées par le coronavirus ; 

  • deux personnes travaillant à l’Institut national de virologie de Pékin ont été contaminées en 2004, un chercheur de 31 ans et une étudiante de 26 ans - la jeune fille était rentrée dans sa province natale d’Anhui, en mars, lorsqu’elle a ressenti les premiers symptômes. Hospitalisée à Pékin pour une pneumonie, elle a contaminé une infirmière. Elle aurait ensuite transmis le virus à sa mère, décédée le 19 avril 2004.

Depuis l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui a tué plus de 8.000 personnes entre novembre 2002 et juillet 2003, plusieurs équipes dans le monde se sont lancées à la recherche d’un vaccin contre cette infection. Mais la mise au point du vaccin demandera encore au moins cinq ans, prévient l’OMS en 2004.

En savoir plus sur la recherche d'un vaccin

Le site de l'OMS
Qu'est-ce que le SRAS? (Ministère de la Santé)
Le SRAS au Canada (site officiel)
Le réseau international de surveillance du SRAS (OMS)
Les informations du Centre de contrôle des maladies américain