Agir contre le stress : La respiration

 

Quand on est stressé, souvent, on bloque sa respiration, on ne respire qu’avec les muscles du haut du thorax + un peu les muscles de l’abdomen. Il y a aussi très souvent hyperventilation, cause directe des tensions et douleurs musculaires.

Si vous respirez avec le diaphragme, d’une respiration ample et profonde, la quantité de dioxyde de carbone et de dioxygène contenus dans le sang correspondent exactement aux besoins de l’organisme. En particulier, l’acidité du sang retrouve sa valeur normale, ce qui permet de détendre les muscles.

En donnant à votre corps l’ordre de respirer tranquillement, vous « shuntez » le système orthosympathique. Par conséquent, vous agissez sur les poumons, mais cela se répercute sur tout l’organisme : les muscles, le coeur, le tube digestif, etc.

Les poumons sont capables d’inactiver 90 % de la noradrénaline en une respiration : il est vraisemblable que le travail sur la respiration peut aussi agir par ce biais.