Spasmophilie et digestion

 

Le tube digestif, avec les 100 000 milliards de bactéries qui l’habitent, abrite 50% de notre potentiel de défense vis-à-vis des agressions extérieures.

Une mauvaise alimentation, le stress ou la fatigue peuvent perturber la flore intestinale et la déséquilibrer : douleurs, ballonnements, problèmes intestinaux apparaissent et sont souvent le signe d’une altération de l’équilibre intestinal.

Tout trouble atteignant les intestins fait passer dans la circulation générale des toxines bactériennes et perturbe l’absorption des minéraux, d’où un risque important pour les spasmophiles.

Consommer des aliments contenant des ferments probiotiques (lait fermenté, choucroute…) et, si besoin, des compléments alimentaires contenant des ferments probiotiques (plus de 3 milliards par gramme) peut aider à maintenir ou retrouver un équilibre de la flore intestinale.

Le foie est une centrale d’épuration très liée au fonctionnement des intestins…

L’étude des profils protéiques montre qu’environ 20% des spasmophiles ont une fragilité hépatique biologique.

Or dès que le foie est « fatigué », une « insuffisance digestive » peut s’installer.

Il est donc conseillé de ne pas manger trop gras, trop carné, trop sucré ou trop salé, d’éviter colorants et conservateurs, de ne pas manger entre les repas, de prendre le temps de manger dans le calme, de manger léger le soir.

L’alimentation, qui régule le poids, la glycémie, le fonctionnement hépatique etc., doit respecter un équilibre protéine/lipides/glucides, aliments d’origine animale/d’origine végétale, etc.