Communiquer par un dessin d'observation

Un dessin d’observation traduit fidèlement, sur une feuille de papier, ce que l’on observe. Effectué au crayon à papier, ce dessin respecte la forme et les proportions de l’objet observé.

Le matériel :

Une feuille de dessin 

Un crayon à papier HB bien taillé 

Une gomme propre 

Une règle 

Facultatif : des crayons de couleur

Etape 1 : observer

Avant toute chose, on observe l’objet que l’on va dessiner. On détermine ainsi la taille du dessin que l’on va faire.

Etape 2 : présenter sa feuille

Quand on voit un dessin, 

on doit savoir

Il faut prévoir autour du dessin les espaces pour
qui a fait le dessin son nom et sa classe
ce que représente le dessin

le titre général 

(+ les sous-titres pour chaque dessin s’il y en a plusieurs) 

+ une ou deux phrases d’information.

le nom des éléments dessinés les légendes
la taille des éléments dessinés une échelle
Voici comment on va organiser la feuille si on veut, par exemple, faire deux dessins sur la même page : on trace à la règle différents traits pour délimiter les zones de dessin, de titre, de légendes, etc. La taille des différentes zones est choisie en fonction des besoins.

 

Nom, prénom Titre général classe
 

sous titre du dessin 1

 

dessin 1 légendes du dessin 1
 

sous titre du dessin 2

 

 

dessin 2

 

légendes du dessin 2
échelle court texte note

 

Etape 3 : ébaucher le dessin

On veut, par exemple, dessiner une tulipe...

On trace, sans appuyer sur le crayon, les principaux éléments du dessin, en respectant les proportions.

Pour respecter les proportions, on peut mesurer la taille des principaux éléments : taille de la tige, longueur et largeur d’une feuille ou d’une fleur chez les végétaux ; longueur des pattes, du corps, de la tête et de la queue chez un animal… 

Si on le peut, on dessine l’objet « taille réelle » : il suffit alors de reporter les tailles trouvées pour avoir les bonnes proportions. 

Si l’objet est trop petit ou trop grand, il est conseillé de choisir un rapport simple entre la taille de l’objet et la taille du dessin : x 2, x 4 par exemple.

Si on veut montrer des éléments de tailles très différentes, on peut grossir les petits éléments dans une loupe.

Ces principaux éléments du dessin peuvent être dessinés de façon simplifiée : un rectangle pour une fleur de tulipe, un ovale pour un visage… Si on n’a pas appuyé sur le crayon, il sera facile de gommer si on s’est trompé dans les proportions (par exemple : tige et feuille trop petites par rapport à la taille d’une fleur, animal trop gros…), si le dessin n’est pas centré ou est trop petit par rapport à l’espace disponible.

 

 

Etape 4 : préciser le dessin

Une fois qu’on est satisfait de son ébauche (bonnes proportions…), on trace son dessin, en respectant les détails observés. On ne doit rien inventer : on doit reconnaître ce qui est observé. 

Les traits, réalisés au crayon à papier, doivent être nets, fins et continus. Les traits sont faits à main levée, sans règle. 

Il faut éviter les « gribouillages », les traits « en zig-zag », les traces de gomme… pour faire un dessin soigné.

 

Etape 5 : colorier le dessin

Dans certains cas, il est souhaitable de colorier le dessin. 

Exemple 1 : La couleur est fait souvent partie des éléments nécessaires à l’identification des espèces d’oiseaux, de papillons, etc. Il est alors utile de mettre son dessin en couleur. 

Exemple 2 : Les fleurs pollinisées par les animaux ont souvent des couleurs vives, alors que celles qui sont pollinisées par le vent sont souvent ternes. Si on veut illustrer cette notion par le dessin de fleurs, la couleur sera, là aussi, importante. 

Le coloriage est alors réalisé avec des crayons de couleur bien taillé. Le coloriage doit être soigné, sans « déborder ». Les couleurs choisies doivent correspondre à la réalité observée.

 

Etape 5 : légender le dessin

Tracer au crayon, à l’aide d’une règle, des traits de légendes horizontaux et parallèles. Ces traits partent des éléments à nommer et s’arrêtent au niveau de la marge. On termine les traits par une flèche du coté de l’élément dessiné. 

Ecrire les légendes au crayon dans la marge « légendes ». 

Ecrire le titre général au crayon, dans l’espace « titre général ». Le titre doit indiquer ce qui a été étudié ainsi que le mode d’observation (œil nu, loupe, microscope…). Il est écrit en majuscule. 

Ecrire les sous-titres, toujours au crayon, dans les espaces « sous-titre ». 

Indiquer l’échelle choisie : " taille réelle ", " x 2 ", " /4 " ou bien la taille de l’objet dessiné. 

Rédiger une ou deux phrases indiquant ce que montre le dessin.

Consignes importantes :

 

PRESENTATION GENERALE :

- Propreté
- Utilisation du crayon à papier bien taillé
- Ecriture soignée
- Orthographe correcte

DESSIN :

- Pas trop petit et bien placé
- Ressemblance avec la réalité
- Proportions respectées
- Contour du dessin fait d'un trait net et continu

LEGENDES :

- Légendes complètes
- Traits de légendes tracés à la règle
- Traits de légendes ne se croisant pas
- Traits de légendes s'arrêtant tous au même niveau
- Traits de légendes montrant la partie concernée.
- Titre le plus précis possible
- Echelle correcte

COMPREHENSION DE L’OBSERVATION

- Légendes
- Texte
- Choix du titre